vendredi 15 juin 2018

La Ferme du Chapiron




Ce Mercredi aura lieu une distribution de caisses de cochon.


Lors de la précédente saison, Claire et Gilles nous ont accueilli pour une journée découverte à la ferme du Chapiron à Parmillieu (38). Voici le petit reportage photo.


Claire et Gilles sont éleveurs de porcs  noirs Gascons et Duroc élevés en plein air intégral. Leur exploitation est véritablement le paradis des cochons !

Tous les  cochons naissent et grandissent sur l’ exploitation puis sont transformés dans un laboratoire agréé.


Nous avons pu déguster les produits de la ferme lors d'un barbecue très sympathique.


Nus avons ensuite fait une balade de près de 2h00 dans les bois de l'exploitation ou vivent les cochons.

Pas d'antibiotiques, pas d'OGM dans les compléments alimentaires, pas de surpopulation. Tout à l'opposé de élevage intensif.




Une noveauté la ferme du Chapiron: dans 2 ans nous pourrons goûter le mangalitza. Le porc laineux, ou mangalitza, est une race de porc, relativement proche du sanglier. Il est élevé pour la consommation de sa viande, mais aussi comme animal de compagnie ou pour l’entretien d’espaces naturels montagnards. Sa viande est très goûteuse et nous promet des jambons exceptionnels.

Son aire d'origine est l’ancien empire austro-hongrois où la race est issue dès 1830 de croisements de races diverses, toutes productrices de lard. Produisant un lard d'excellente qualité, le porc laineux a conquis la moitié orientale de l'Europe au milieu du XIXe siècle et figurait par moments parmi les races les plus fréquentes dans plusieurs pays d'Europe. (Wikipedia)

Le porc laineux met au moins 2 ans à prendre du poids et ses femelles ont de petites portées  (trois portées et huit porcelets en moyenne en deux ans ! ).

Il s’élève en plein air et supporte mal l’enfermement. Il a besoin d'une étendue de terre suffisante pour fouiller le sol de son groin. Il sera très bien à la ferme du Chapiron ou son bien-être sera assuré.



Nous marchons avec les cochons....


Une bien belle journée au terme de laquelle tous les Amapiens avaient le sourire.

1 commentaire: